L’Office Central de la Coopération à l’Ecole (OCCE) est un organisme national (association complémentaire de l’école reconnue d’utilité publique) qui fédère la vie et les actions pédagogiques d’environ 50 000 coopératives scolaires et foyers coopératifs. Plus de 4 millions d’enfants ou adolescents, de la maternelle au post-bac, rencontrent la coopération grâce à l’OCCE en France. Cette fédération regroupe 102 associations départementales et territoriales, dont l’OCCE 37.

En Indre-et-Loire, 629 coopératives regroupent 39 102 coopérateurs (enseignant·e·s et élèves).

Soutenir l’existence de coopératives au sein de l’école, c’est défendre une éducation active et démocratique, pour changer l’école et changer la société.

Pourquoi adhérer à l’OCCE ?

Pour son projet « politique » de transformation sociale ou d’idéal de progrès humain dans l’école d’aujourd’hui pour une société de demain plus humaine et solidaire. Mais aussi…
Une classe qui décide de s’affilier à l’OCCE paye 1,85€ de cotisation par membre (hors assurance), en contrepartie de quoi elle peut :
– S’inscrire et participer aux différentes actions et bénéficier d’une aide organisationnelle et pédagogique.
– 
Bénéficier de la présence d’un animateur départemental, enseignant,  pour vous aider dans le développement de vos projets, vos recherches et aussi vos difficultés éventuelles.
– 
Bénéficier de prêts (série de livres, malles pédagogiques, documentation pédagogique, matériel divers…).
– 
Obtenir une aide financière pour développer des projets coopératifs au sein de l’école.
– 
Bénéficier gratuitement d’outils comptables pour la gestion des comptes.
– 
Bénéficier de formations.
– 
Bénéficier de l’abonnement à la revue « Animation et Éducation ».
– 
Bénéficier de l’agrément d’une association reconnue d’utilité publique et complémentaire de l’enseignement.
– Bénéficier d’une protection juridique au travers de la force d’une association importante.

Quelle pédagogie derrière le sigle OCCE ?
Un travail en projet avec les élèves, pour que l’essentiel ne réside pas dans les performances individuelles, mais dans la réussite de tous grâce au travail de chacun. Des élèves qui construisent activement leurs apprentissages, en coopération et en interaction, autour de situations-problèmes.
La formation des citoyens de demain, actifs, autonomes et responsables, conscients de leurs droits et de leurs devoirs.
Notre objectif est d’accompagner et d’aider les enseignants et les élèves qui souhaitent mettre en place des projets coopératifs basés sur ces valeurs.

La vie en collectivité suscite des questions, parfois des conflits. Le débat apportera régulation et concrétisation d’idées grâce à la coopération de tous.
Dans la classe
, afin d’apporter des réponses aux problèmes soulevés, d’aider à la gestion des conflits et permettre au groupe de transformer les idées en actions, les élèves s’organisent en « micro-société », première association démocratique, régulée par un  conseil de coopérative dont l’enseignant fait parti. Au sein du groupe-classe, le conseil élaborera les « lois » (règles de vie) et choisira les projets à mettre en œuvre.


A l’échelle de l’école, des projets communs pourront être conduits, grâce à la délégation (conseil des délégués de classe).

Des projets d’abord, de l’argent ensuite :

Conflits projets individuels mise en place d’un conseil coopératif → élaboration de projets collectifs → recherche de financements  → ouverture d’une coopérative

Les projets, mis en place démocratiquement avec les élèves, nécessiteront sans doute la recherche de financements que le groupe, par son travail, essaiera de réunir. 

L’argent récolté devant être géré légalement en classe avec les élèves et l’utilisation de « caisses noires  » étant interdites, une coopérative affiliée à l’OCCE sera alors l’une des solutions assurant la légalité du financement des projets.